Ecole de commerce : des épreuves orales d’un nouveau genre

Ecole de commerce : des épreuves orales d’un nouveau genre

Un étudiant qui désire intégrer une ecole de commerce doit obligatoirement faire preuve d’une grande créativité et d’une grande réactivité. D’ailleurs, dans le domaine commercial, ces deux aptitudes sont indispensables pour se développer pleinement et réussir. Le serious game en ecole de commerce est un exercice qui permet aux jurys de déceler si le candidat possède ou non ces aptitudes. Il faut savoir que l’épreuve du serious game dans les écoles de commerces est éliminatoire.

Le serious game pendant l’épreuve orale en ecole de commerce

serious-game.jpg

Cette épreuve sert à évaluer l’aptitude du candidat à passer de la théorie à la pratique, à mettre en pratique ses connaissances théoriques, à se servir d’un ensemble d’éléments, de données et de les transformer en informations directement exploitables. Pour évaluer cette aptitude, le jury fait passer l’épreuve sous une forme de petit jeu, d’où le nom de l’épreuve. Plus précisément, un lot de cartes contenant des données brutes sur des consommateurs, des caractéristiques et sur un objet est présenté au candidat. Celui-ci devra en tirer trois au sort et en se servant des données contenues dans ces cartes, le candidat devra  présenter aux jurys un produit ou un service qu’il aura imaginé.

La technique de l’interview inversée

ecole-de-commerce.jpg

L’épreuve de l’interview inversée est une épreuve qui a le vent en poupe dans une ecole de commerce. Cette épreuve permet de mettre en exergue la spontanéité du candidat, son aptitude à s’adapter aux différentes situations et surtout, si le candidat a le potentiel d’être un bon commercial. Par conséquent il est tout à fait normal que cette épreuve soit de plus en plus utilisée en ecole de commerce.
L’épreuve de l’interview inversée en ecole de commerce se déroule comme suit : le jury demande au candidat à ce que les rôles soient inversés.
Le secret réside avant tout dans la gestion du stress. Ne pas s’alarmer, ne pas être tenté de prévoir à l’avance les questions et les réponses. Le candidat devra ensuite être à l’écoute et apprendre à s’adapter, d’où l’aspect « attention ». En mettant le jury à l’aise, le candidat peut amener celui-ci à parler davantage.